Réalisateurs

Delphine et Muriel Coulin

Delphine et Muriel Coulin ont réalisé cinq courts-métrages avant 17 filles, leur premier long-métrage. Par ailleurs, Delphine écrit des romans et Muriel réalise des documentaires.

Film(s) présenté(s): 

Denis Gheerbrant

A la sortie de l’IDHEC - devenue FEMIS -, Denis Gheerbrant se tourne vers la photographie documentaire en même temps qu’il fait ses premières armes de chef-opérateur, auprès de cinéastes comme René Allio, Alain Bergala, Jean-Pierre Limosin et Jean-Pierre Thorn. En 1978, il tourne son premier film, Printemps de square, avec des jeunes dans un quartier du 15e. A partir de 1989 il se consacre exclusivement à la réalisation de ses films documentaire.

Film(s) présenté(s): 

Destin Daniel Cretton

Destin Daniel Cretton est né et a grandi sur l'île de Maui, à Hawaî. Il a écrit et réalisé 4 courts métrages, qui ont tous été récompensés dont Short  term 12 qui a reçu le prix du jury au festival de Sundance en 2009 et qui a été présélectionné aux Academy Awards 2010, incitant le cinéaste a en tourner une version longue. Son premier long métrage de fiction, I am not a hipster, a été très remarqué par la critique lors de sa présentation au festival de Sundance.

Film(s) présenté(s): 

Diao Yinan

Diao Yinan

Diplômé de l’Académie centrale d’art dramatique de Pékin, Diao Yinan démarre sa carrière comme scénariste. En 2003, il fait ses premiers pas comme comédien dans All Tomorrow’s Parties, présenté à Cannes dans la section Un certain regard. La même année, il écrit et réalise Uniform. Ce premier long-métrage lui vaut le Grand Prix au Festival international du film de Vancouver. En 2007, Diao Yinan signe Train de nuit, projeté à Cannes dans la section Un certain regard.

Diego Lerman

Né à Buenos Aires le 24 mars 1976, jour du coup d’état militaire en Argentine. Après des études de cinéma à l’université de Buenos Aires et des cours de théâtre avec Ricardo Bartis, il suit un séminaire à l’école de cinéma de San Antonio de los Banos à Cuba. Tan de Repente, son premier long métrage, est prim é à Buenos Aires et à Locarno (Léopard d’argent ) en 2002. La même année, Diego Lerman est l’invité de la Cinéfondation où il réside et travaille à l’écriture de son nouveau projet, Mientras tanto. sélectionné au festival de Venise en 2006.

Film(s) présenté(s): 

Diego Quemada-Diez

Né dans la péninsule Ibérique, Diego Quemada-Diez vit sur le continent américain depuis bientôt vingt ans. Il débute en 1995 comme assistant du directeur de la photo sur Land and Freedom de Ken Loach. L’année suivante, il va aux Etats Unis pour travailler sur Des Choses que je ne t’ai jamais dites d’Isabel Coixet. Il sort diplômé de l’American Film Instituts avec la bourse honorifique Anthony Hopkins/Amex. Son film de fin d’études, A table is a table remporte le prix de la meilleure photo décerné par l’American Society of Cinematographers (ASC).

Film(s) présenté(s): 

Dietrich Brügemann

Dietrich Brüggemann est né à Munich en 1976. Il a étudié la réalisation à la HFF Konrad Wolf, l’école de cinéma de Postdam, de 2000 à 2006. Après plusieurs courts métrages, il est remarqué à la Berlinale 2006 avec Neun szenen qu’il a coécrit avec sa soeur Anna. Ce film est ensuite présenté dans différents festivals en Allemagne et dans le monde. Neun szenen remporte le prix du meilleur film au festival Achtung Berlin. En 2010, Dietrich Brüggemann revient à la Berlinale avec Run if you can qui ouvre la section Perspektive Deutsches Kino.

Film(s) présenté(s): 

Djibril Diop Mambéty

Fils d’un clerc musulman de Colobane, au Sénégal, Djibril Diop Mambéty est un autodidacte. Après des débuts dans le milieu du théâtre, il réalise son premier court-métrage, Badou boy en 1970. Trois ans plus tard, son premier long-métrage Touki bouki aborde le sujet de la jeunesse délaissée. Il mettra plus de vingt ans à réaliser son deuxième long-métrage, Hyènes, adapté de Friedrich Dürrenmatt. Ces deux films devaient être complétés par un dernier volet et constituer une trilogie sur le pouvoir et la folie.

Film(s) présenté(s): 

Djinn Carrénard

Djinn Carrénard est né à Port au Prince en Haïti en 1981 où il a passé une scolarité rythmée par les régimes dictatoriaux, les coups d’états militaires et les embargos économiques. Il quitte Haïti en 1992 pour le Togo puis La Guyane où il reste jusqu’à l’obtention de son baccalauréat puis va à Paris en 1998 pour suivre des études de philosophie. Les années de fac se partagent entre les amphithéâtres de la Sorbonne et les salles de cinéma de la capitale.

Film(s) présenté(s): 

Dominik Moll

Dominik Moll

Né d'un père allemand et d'une mère française, Dominik Moll a grandi à Baden-Baden avant de partir étudier à l'université de New-York, puis à l'Idhec où il a réalisé plusieurs courts-métrages. Il y rencontre également ses premiers partenaires artistiques, Laurent Cantet et Gilles Marchand. En 2000, il coécrit et réalise Harry, un ami qui vous veut du bien, un thriller sélectionné en compétition au Festival de Cannes et récompensé par quatre Césars l'année suivante. En 2005, il réalise Lemming qui fait l'ouverture du Festival de Cannes.

Film(s) présenté(s): 

Dominique Cabrera

Dominique Cabrera

Née en 1957 à Relizane (Algérie), installée en France depuis 1962, Dominique Cabrera suit des études de lettres modernes puis entre à l’IDHEC. De 1981 à 1993, elle réalise des courts métrages documentaires et aborde le long métrage en 1995 avec Demain et encore demain et la fiction en 1997 avec L’Autre Côté de la mer.

Film(s) présenté(s): 

Doris Dörrie

Doris Dörrie

Doris Dorrie est une réalisatrice, scénariste, professeur, metteur en scène d’opéras et écrivain allemande. Doris Dorrie a accédé à la notoriété en 1985, avec son grand succès Hommes, pour lequel elle a reçu de nombreux prix. Le film a marqué le début du succès de la comédie romantique qui fleurit sur les écrans aujourd’hui. Il a été suivi de tragi-comédies telles que Paradise (1986) ou encore l’adaptation internationale du best seller de Alberto Moravia, Me and Him (1988).

Dyana Gaye

Dyana Gaye, franco—sénégalaise, est née a Paris en 1975. Elle étudie le cinéma à l’Université Paris 8 où elle obtient en 1998 une maîtrise d’études cinématographiques. En 1999, elle est lauréate de la bourse Louis Lumière -Villa Médicis Hors les murs pour son scénario Une femme pour Souleymane qu’elle réalisera l’année suivante et qui sera distingué dans plusieurs festivals. En 2004, elle réalise J’ai deux amours pour le projet Paris 1a métisse et elle est finaliste du programme Rolex de mentorat artistique.

Film(s) présenté(s): 

Edgar Pêra

Edgar Pêra de nationalité portugaise. Né en 1960 à Lisbonne. Parmi ses précédentes réalisations peuvent être citées Matadouro (1991), Rio Turvo (2006), 0 Barão (2007) et One Way or Another; Reflections of a Psycho Killer(2011).

Film(s) présenté(s): 

Edgar Reitz

Edgar Reitz, né en Allemagne, est un auteur réalisateur devenu célèbre pour ses films sur la vie quotidienne contemporaine de ses concitoyens dans le Hunsrück, avec les films Heimat. Il a travaillé 25 ans à cette trilogie et la durée totale fait plus de 56 heures. Il étudie à Munich à partir de 1952. En 1957, il fonde sa société de productlon. En 1965, il crée avec Alexander Kluge, l’Institut du Cinéma à. Ulm. Il enseigne à. la Staatliche Hoshchule für Gestalung (Ecole supérieure d’Art) à Karlsruhe.

Edouard Baer

Edouard Baer

C’est au cours Florent qu’Edouard Baer fait la connaissance de la comédienne Isabelle Nanty, dont il devient l’assistant. Parallèlement à ses débuts à Canal + où il déploie son goût de l’absurde et de l’improvisation, il débute au cinéma en 1994 et  joue alors notamment sous la direction de Pascal Bonitzer, Alain Chabat, Laurent Tirard,  Claude Miller, Alain Resnais… En 2000, il écrit et réalise son premier film, La Bostella, dont il tient le rôle principal. En 2004, sort son 2ième film Akoibon avec Jean Rochefort.

Film(s) présenté(s): 

Edouard Deluc

Diplômé des Beaux-Arts, Edouard Deluc partage son travail entre photographie, musique et cinéma. En 1997, il signe un premier court métrage, Petits Enfers, avec Vincent Elbaz. Passionné de musique, il commence à réaliser des vidéos et collabore, entres autres, avec Louise Attaque, Tété, Mickey 3D ou encore Jean-Louis Murat... Un second court métrage en 2002, Je n'ai jamais tué personne, avec Jean-Jacques Vanier et Elina Löwensohn, est sélectionné dans de nombreux festivals et sera diffusé sur France 2.

Film(s) présenté(s): 

Elia Suleiman

Elia Suleiman

Né à Nazareth en 1960, Elia Suleiman vit à New-York de 1981 à 1993. Durant cette période, il réalise ses deux premiers courts-métrages qui lui valent plusieurs récompenses. En 1994, il s’installe à Jérusalem où la Commission Européenne le charge de créer un département Cinéma et Média à l’Université de Birzeit. Son premier long-métrage, Chronique d’une disparition, reçoit le prix du Meilleur Premier Film au Festival de Venise de 1996.

Film(s) présenté(s): 

Eliane de Latour

Eliane de Latour est anthropologue, cinéaste et directrice de recherche au CNRS. Elle porte un regard de l'intérieur sur les mondes fermés que l'on repousse derrière une frontière physique ou sociale. Ce travail commence par un film sur les personnes âgées dans les Cévennes Le Reflet de la vie. Peu à peu guidée par la fiction inhérente au réel, elle réalise Contes et décomptes de la cour sur des femmes cloîtrées dans un harem au Niger (prix Georges Sadoul et Gold Hugo Award au festival de Chicago).

Film(s) présenté(s): 

Elie Wajeman

Après avoir suivi des études de théâtre et de cinéma à l’université, Elie Wajeman entre à La Femis dans le département scénario. Il est l’un des lauréats d’«Emergence» et réalise des courts métrages. Alyah, son premier long métrage, est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 2012 et reçoit le prix du Public aux lectures du festival Premiers Plans d’Angers. Les Anarchistes était le film d’ouverture de la Semaine de la Critique à Cannes en 2015.

Film(s) présenté(s): 

Pages

Share